Ce film inédit remonte aux racines d’un mal profond qui ronge la démocratie canadienne. Mal de vivre, alcool, drogue, violences, féminicides... Les Indiens, ou Premières Nations, sont en crise depuis des décennies. Considérés comme des citoyens de seconde zone, ils en subissent de plein fouet les conséquences. Cette situation vient de loin. Depuis la naissance de la Confédération canadienne au XIXe siècle, les communautés autochtones sont bafouées.

La Loi sur les Indiens, ou “Acte des Sauvages”, adoptée en 1876 et qui demeure d’actualité, donne alors au gouvernement fédéral de grands pouvoirs sur ces peuples, pour qui il nie volontairement la civilisation et la culture au nom d’une politique d’assimilation forcée. Fer de lance de cette politique, un programme brutal d’éducation des enfants. Pendant plus d’un siècle, des dizaines de milliers de jeunes indiens ont été internés de force dans des pensionnats, tenus par des religieux, où ils étaient en proie aux violences et humiliations.

Il fallait « tuer l’Indien qui était en eux».

C’est pourquoi, ils n’avaient pas le droit de parler leur langue et ils devaient se laver à l’eau de Javel pour que leur peau blanchisse. Cette éducation a condamné à jamais ces enfants à la honte. Mais depuis une dizaine d’années, les Premières Nations relèvent la tête. Ils réclament leurs droits et la reconnaissance de ces injustices. Ce film suit le combat culturel, politique et juridique, des nouveaux justiciers de la cause amérindienne. C’est un road-movie sur les pistes gelées de l’Ontario, du Saskatchewan ou des Territoires du Nord-Ouest. Une quête initiatique des forêts boréales du grand nord canadien aux archives secrètes du Vatican.

Un film de Gwenlaouen Le Gouil

Une production TV Presse
Diffuseur France : Arte

 

  

Festivals

FIGRA 2021 - Sélection officielle (Compétition Internationale)